Les 60 ans de Gorenje

Tout a commencé dans une usine d’assemblage de machines agricoles. On dit que les coïncidences n’existent pas. Cependant, pour que Gorenje devienne ce qu’elle est aujourd’hui, plusieurs conditions ont du être réunies : fermeture imminente de l’atelier qui employait la population locale ; encouragements du gouvernement en faveur de l’industrialisation après la guerre ; individualités ambitieuses et courageuses possédant une vision claire de leur projet.

L’origine de l’actuelle société Gorenje remonte à l’atelier du forgeron Špeh, établi dans le village appelé Gorenje durant la période qui succède à la seconde guerre mondiale. Après sa nationalisation en 1950, cet établissement de dix salariés est rebaptisé "Tôlerie du District de Gorenje".

En mars 1953, Ivan Atelšek, le premier directeur visionnaire de Gorenje, est nommé à la tête de la fabrique. Augmenter les performances ne lui suffit pas ; il aspire à transformer l’atelier en une entreprise digne de ce nom. Il réorganise l’établissement, améliore la qualité du travail, modernise les produits et élargit la gamme. Les pressoirs à fruits rencontrent un grand succès, et la batteuse Gorenje se voit même octroyer un brevet en 1956. Cet épisode est considéré dans l’entreprise comme le coup d’envoi de l’innovation à l’initiative des salariés. Il fut suivi par plus de 150 brevets et de nombreux prix.

Première cuisinière à bois et charbon

Le second grand tournant dans l’histoire de Gorenje a lieu en 1958, lorsque son déménagement lui permet de lancer la production de "Tobi", la cuisinière à bois et charbon. L’effectif du personnel est multiplié par dix en cinq ans. C’est à ce moment-là que l’on introduit les principes directeurs de la production en série. En outre, Ivan Atelšek sait parfaitement que la motivation des salariés est la clé du succès : on stimule alors délibérément l’esprit de loyauté envers l’entreprise.

Dans ces années-là, il n’était pas rare de voir des ouvriers participer à ce que l’on appelait des "campagnes de production intensive" : ils venaient travailler avec enthousiasme pendant leurs loisirs, renonçant à toute revendication salariale pour augmenter la productivité.

Installation à Velenje

L’année 2010 est celle d’un double anniversaire : il y a aussi cinquante ans que l’entreprise s’est installée à Velenje. À cette époque, Velenje était une citée minière en plein essor qui offrait à Gorenje des conditions propices à son développement et à son expansion. La mine disposait de nombreux locaux inoccupés à côté de l’ancien puits, et il était aussi dans l’intérêt de ses dirigeants que les femmes des mineurs trouvent un emploi. L’entreprise change alors de nom et devient "Gorenje, usine d’équipements pour la maison, Velenje" Les infrastructures modernes et les progrès technologiques permettent alors d’étendre la fabrication à des cuisinières électriques et à gaz.

Le design ouvre la porte des marchés étrangers

Forte de sa position sur le marché yougoslave, Gorenje commence alors à regarder au-delà de ses frontières et vend à l’Allemagne son premier contingent de 200 cuisinières en 1961. Ses produits de qualité supérieure lui offre la possibilité d’exporter aussi vers d’autres pays. Cependant, pour faire face à la concurrence implacable, il lui faut maîtriser un autre aspect de la production d’électroménager : le design. C’est ainsi que Gorenje embauche en 1963 son premier designer industriel. Sept ans plus tard, elle crée son département design qui existe encore aujourd’hui sous le nom de "Studio de design Gorenje". Ce département se développe rapidement, et le design devient un avantage concurrentiel distinctif de la marque Gorenje.

Les premiers lave-linge

Les années 60 voient l’émancipation des femmes. Elles se libèrent aussi des tâches ménagères qu’elles commencent à confier à des machines : les appareils électroménagers. Velenje fabrique en 1964 son premier lave-linge automatique. Gorenje devient alors le premier fournisseur de machines à laver en Yougoslavie ; lors de son 20e anniversaire en 1970, l’entreprise produit déjà plus de 200 mille lave-linge par an.

Constitution et expansion du réseau de service après-vente

Comme la technologie des appareils devenait toujours plus complexe et que le volume des ventes ne cessait de croître en Yougoslavie comme à l’étranger, il apparut nécessaire de développer le service après-vente. En 1967, Gorenje met en place un service clients moderne et flexible. Il s’est avéré bénéfique de maintenir de bonnes relations avec la clientèle, et depuis des dizaines d’années, c’est un argument puissant qui incite les consommateurs à choisir un appareil Gorenje.

L’offre produit s’étend aux réfrigérateurs

La gamme des principaux appareils ménagers n’aurait pas été complète sans les équipements frigorifiques. Les études de marché ont confirmé les besoins en réfrigérateurs et congélateurs et, en 1968, on lance la fabrication de réfrigérateurs à compresseur. Pendant la décennie suivante, la production annuelle avoisine les 300 000 réfrigérateurs.

Tout pour la maison

Avec un large assortiment de produits, les articles pour la MAISON deviennent alors prioritaires pour Gorenje. On lance la fabrication de petits appareils électroménagers et, un an plus tard, le premier téléviseur voit le jour sous la marque Körting ; l’unité de production "matériel électronique" lance aussi le premier téléviseur de la marque Gorenje. Peu de temps après, l’offre globale s’étend au mobilier de cuisine. La plupart des produits sont le fruit des activités de recherches et développement internes à Gorenje qui perfectionne l’existant et conçoit de nombreuses solutions originales.

Avec le capital généré par des ventes qui s’envolent, la compagnie procède à plusieurs acquisitions. En 1978, les fusions avec des entreprises yougoslaves portent le nombre de ses salariés à plus de 20 mille. C’est aussi l’époque où l’entreprise est capable de rendre aux salariés et aux communautés locales ce qu’elle avait reçu : au lieu de venir travailler à l’atelier pendant leur temps libre, les ouvriers peuvent désormais consacrer leurs loisirs à des activités culturelles ou sportives organisées par Gorenje. Un engagement fort envers les valeurs du travail, l’éducation, la solidarité et l’éthique sociale s’ancre dans une culture d’entreprise solide comme un roc. La loyauté envers l’entreprise depuis l’embauche jusqu’à la retraite en fait partie.

Expansion globale sur les marchés en aval

L’entreprise redouble d’efforts pour se développer à l’international et étend son réseau de filiales à l’étranger, ce qui a pour résultat d’augmenter ses ventes. Sa première représentation à l’extérieur, fondée à Munich (Allemagne) en 1972, est le premier signe témoignant de l’intégration de Gorenje sur les marchés internationaux.

Dans les années 70, la croissance était alimentée par l’augmentation du volume des ventes. Dans les années 80, en revanche, elle dépend de plus en plus des pratiques managériales, des développements informatiques, technologiques, et du design. La production des cuisinières à gaz de 50 cm est lancée. On fabrique aussi le premier four multifonction à chaleur tournante, les fours doubles et les appareils encastrables : fours, tables de cuisson, réfrigérateurs. Les lave-linge avec cuve en inox essorant de 800 à 1000 tr/min. sont introduits sur le marché. La moyenne annuelle des ventes s’élève à 1,65 million de gros appareils électroménagers.

Les événements qui éclatèrent au début des années 90 eurent un retentissement considérable sur les activités de Gorenje. La désintégration du marché intérieur contraint l’entreprise à consolider sa position à l’Ouest et à rechercher de nouvelles opportunités sur les marchés émergents de l’Europe centrale et orientale. La part des exportations sur le total des ventes dépasse alors les 90%. En 1997, l’entreprise est privatisée et devient une société par actions.

Gorenje s’engage sur la voie du développement et de l’innovation

Les années 1990 ouvrent la voie à un développement intensif des technologies et du design. De nombreuses innovations président à l’évolution des appareils lorsque démarre la fabrication des tables de cuisson en vitrocéramique. En 1992, les sèche-linge à évacuation viennent grossir l’assortiment des produits. Le lave-linge électronique Simple&Logique à touches sensitives constitue un jalon en matière de design, rapidement suivi par les sèche-linge à condensation. Le nouveau programme Froid a pour objectif de réduire son impact sur l’environnement. Gorenje figure parmi les premiers constructeurs à supprimer progressivement les gaz préjudiciables à la couche d’ozone.

Le blanc n’est plus la seule couleur des produits blancs ; les lave-linge s’offrent un élégant look métal, bientôt suivi par les réfrigérateurs. Le modèle légendaire OldTimer est également disponible dans des couleurs variées.

Coopération innovante et créatrice

Le cinquantième anniversaire de Gorenje et l’entrée dans le nouveau millénaire furent célébrés par le lancement de la collection Gorenje Pininfarina. En collaboration avec la fameuse agence de design Pininfarina, Gorenje propose pour la première fois un ensemble complet d’appareils électroménagers coordonnés. Les ventes dépassent toutes les espérances.

Ensuite, les designers maison de Gorenje développent la gamme Alux ainsi qu’une nouvelle génération de lave-linge et sèche-linge, réfrigérateurs congélateur et appareils de cuisson. Néanmoins, la stratégie de coopération se poursuit avec de célèbres créateurs étrangers; Gorenje collabore avec le jeune designer français Ora-Ïto, le cristallier Swarovski et, juste avant la célébration du soixantième anniversaire, avec l’icône du design new-yorkais, Karim Rashid.

L’expansion : une condition préliminaire au développement continu

Le début du nouveau millénaire fut une période d’investissements intenses. En 2004, un centre logistique ultra moderne ouvre à Velenje. Deux usines sont construites en Serbie : l’une produit des appareils frigorifiques à Valjevo, et l’autre des chauffe-eau à Stara Pazova. Une nouvelle installation est inaugurée à Šoštanj pour répondre aux besoins des programmes auxiliaires. Les fusions se poursuivent avec l’acquisition de Mora Moravia (unité de production tchèque de cuisinières) et Atag (constructeur néerlandais d’électroménager).

Regard sur l’avenir

Les ambitieux projets de l’entreprise ont subi un sérieux retard l’an dernier en raison de la crise financière mondiale. Des mesures ont été prises pour sécuriser l’existence de Gorenje et son développement futur. Une approche très professionnelle et d’immenses efforts ont permis de réagir à temps aux nouvelles conditions du marché ; l’entreprise a pu ainsi conserver la confiance des consommateurs et augmenter ses parts de marché. Chez Gorenje, tout le monde s’accorde à penser qu’après la crise, l’innovation et les activités de développement seront indispensables pour renouer avec le succès. Gorenje est plus qu’une marque ; c’est une réunion de personnalités qui croient en leur puissance créatrice et portent en elles une vision claire du futur – pour les 60 ans à venir.